Association des Familles des victimes
du 26 Mars 1962
et de leurs Alliés
Accueil | Nos actions | Qui sommes nous? | Témoignages | Revue de presse | video | Réactions des parlementaires | Vos réactions |

Les témoignages sur la journée du 26 mars 1962 à Alger, rue d'Isly

les civils | le corps médical | la police |

les civils

Y. PLEVEN

Parti de mon domicile au Plateau Saulière après déjeuner, vers deux heures moins le quart, je suivais la rue Michelet depuis sa jonction avec le boulevard Victor Hugo. La foule était bon enfant, des toilettes claires, des cols ouverts... Les femmes se donnaient le bras à deux ou trois. Une multitude ? Non, plutôt un courant de personnes allant par petites vagues comme pour se rendre à un spectacle public, aux illuminations d'un 14 juillet, à une revue de onze novembre. On ne pouvait y déceler la plus petite provocation. Sur la médiane de la rue Michelet se trouvait un militaire algérien en armes et tenue de combat. Je me souviens fort bien qu'il avait l'air inquiet.. Du haut de la descente de la rue Michelet qui s'amorce, quand on quitte le Plateau Saulière, entre la rue Bourlon et la rue Richelieu, on pouvait en apercevoir d'autres, toujours sur la médiane. les gens progressaient en s'écartant, respectant leur station.

Des groupes quittaient la rue Michelet pour descendre par la rue Richelieu vers le carrefour de l'Agha, prendre le Boulevard Baudin et de là, par le Boulevard Carnot, gagner le Boulevard de la République pour arriver à Bab-El-Oued par le front de la mer. C'est un chemin plus agréable que celui qui mène rue d'Isly par la Grande Poste. Je me mêlais à ce nouveau courant. C'est alors que pour rassurer les miens sur l'allure paisible de la manifestation, en passant devant le Mauretania, je décide de faire un tour au bureau et de téléphoner à la maison. En arrivant, j'observe que des gendarmes mobiles, l'arme au pied, flanquent sur trois rangs l'entrée de la cour à droite, barrant à moitié l'avenue de la Gare. Ils sont une trentaine environ. Je me souviens fort bien, la disposition est-t-elle que je dois longer leur premier rang comme pour les passer en revue, ce qui n'a pas l'air de leur plaire.

Arrivé au bureau, c'est-à-dire au second étage, mais qui domine la rampe Chassériau de 25 à 30 mètres étant donné la dénivellation, je téléphone, puis le temps de prendre connaissance de quelques télex arrivés pendant l'heure de déjeuner, l'énorme vacarme d'une rafale de tir automatique me cloue sur place. Elle vient de la rampe Chassériau. Placé comme je suis, n'ayant de vue que sur la mer, je file le long du couloir intérieur de l'immeuble qui dessert les locaux ouvrant sur les deux façades et tente de voir par les claustras du pignon qui domine la rampe. Une vingtaine de C.R.S. courent pour sauver leurs vies et s'engouffrent dans un immeuble à gauche en descendant vers les quais. C'est le seul semble-t-il qui ait sa porte d'entrée ouverte. Sans attendre, deux d'entre eux en sortent allumant une cigarette, l'arme à la main, cherchant un tireur qu'ils n'arrivent pas à localiser. Je ne peux pas apercevoir le haut de la rampe, les claustras ne permettent que 40degré d'angle de vision environ de chaque côté. Une rumeur s'amplifie venant du carrefour. Les C.R.S. ne bougent pas, puis rassemblés, remontent vers le Boulevard Baudin. Je les perds de vue. Il est entre deux heures et demie et trois heures moins le quart. La rampe si passante à cette heure est déserte. Elle le sera jusqu'à la nuit. Regagnant mon bureau, j'appelle chez moi, on me rassure tout le monde est à la maison. Au téléphone, j'apprends que le carrefour est interdit à la circulation, et qu'on a tiré aussi à la Grande Poste. Des sirènes d'ambulances se dirigeant vers l'Hôpital de Mustapha hurlent au carrefour. On les laisse donc circuler ? Puis un grand silence tombe sur l'immeuble, sur tout le quartier qui devient étonnamment calme. Les cars de passagers d'Air France, les porteurs de bagages, les agents de la section de fret ont dû interrompre leurs activités, on n'entend plus les rumeurs habituelles... Je suis le seul bloqué au second étage. Des nouvelles circulent par téléphone, on ne saura qu'en fin d'après-midi ce qui s'est passé en ville: presqu'au même moment, la foule avait été mitraillée à la Grande Poste par les militaires. On dénombrait environ cent victimes.

Un peu avant six heures, je me hasarde dans la cour pour rentrer chez moi par la rue Richelieu. Un camarade d'Air France m'en dissuade "Regarde... ". En effet, un passant tente de filer par le Boulevard Baudin vers le Grande Poste, il est vivement pris à partie par une personne du Commissariat Central qui l'oblige à retourner dans l'autre sens et lui applique un coup de poing sur la nuque. Le passant revient en longeant la façade des Ets. Barnabé. Les escaliers qui contournent le petit kiosque à journaux entre le Boulevard Baudin et la rue Charras sont couverts de sang. Quelqu'un a été tué. Un corps est recouvert de papier d'emballage. On me dit que c'est une femme. Le lendemain le corps a été enlevé, des arums recouvrent le sang caillé.

Comme le carrefour est interdit, je dois faire le grand tour par la route Moutonnière, gagner la rampe Poiret pour arriver chez moi par le Champ de Manoeuvre. C'est là que j'apprends la gravité de la situation. En effet, je n'ai rencontré personne en route. La ville est en état de choc."