Association des Familles des victimes
du 26 Mars 1962
et de leurs Alliés
Accueil | Nos actions | Qui sommes nous? | Témoignages | Revue de presse | video | Réactions des parlementaires | Vos réactions |

Les témoignages sur la journée du 26 mars 1962 à Alger, rue d'Isly

les civils | le corps médical | la police |

les civils

BERNADETTE MALINCONI

J'étais accompagnée par mon mari qui a été entraîné vers l'immeuble du Crédit Foncier aux premiers coups de feu (son témoignage).

Notre ami Guy Mazard, tué sur les escaliers de la Grande Poste, était à côté de moi et a cherché à se mettre à l'abri. Les escaliers lui ont été fatals. Il était une cible trop visible.

Moi, je me suis allongée tout de suite au sol à l'abri dérisoire du trottoir des abris bus.

C'est la première fois que j'écris ce que j'ai vécu. Je ne peux l'exprimer. J'avais 21 ans et après 31 ans c'est toujours là